LISTE DES STAGES




La thérapie relationnelle Imago

La thérapie relationnelle Imago a été développée par le Docteur Harville Hendrix dans les années quatre-vingt aux Etats-Unis. Elle propose aux couples d'accueillir conflits et frustrations comme des opportunités de croissance pour eux et pour chacun des partenaires.

La rencontre amoureuse et l'amour romantique

Lorsqu'un couple est interrogé sur le début de sa relation, très souvent on entend des réponses du type : « c'était comme si on s'était déjà connu avant », ou « je savais que cet homme-là (cette femme-là) était la personne que j'attendais », ou « nous avions besoin de passer le plus de temps possible ensemble », ou encore « il/elle avait des qualités extraordinaires ». Nous pourrions ainsi continuer les descriptions et certainement vous retrouveriez un bout de votre histoire. Qu'est ce donc que cette phase magique de la rencontre amoureuse, que se passe-t-il pour qu'en l'espace de quelques mois, nous nous soyons envoûtés, transportés dans une extase mutuelle qui souvent nous fait perdre nos repères habituels ? Quelle est la cause de cet excès d'euphorie que nous appelons l'amour romantique ?
La recherche en pharmacologie nous apprend que les amoureux sont littéralement inondés par des hormones et des substances chimiques qui en circulant dans l'organisme provoquent une sensation de bien-être. Dans cette phase d'attirance amoureuse, le cerveau libère deux neurotransmetteurs : la dopamine et la norépinéphrine. Ces substances ont pour effet de nous aider à voir la vie en rose, d'amplifier notre énergie, d'accélérer notre pouls et d'aiguiser nos perceptions. Durant cette phase de « fusion amoureuse », le cerveau produit également de l'endorphine et de l'enképphaline, des narcotiques naturels qui augmentent les sentiments de sécurité et de bien-être. L'ocytocine, aussi présent dans cette phase augmente le besoin de se sentir en lien

L'inévitable lutte de pouvoir

Il semblerait que cette première phase de l'amour romantique soit déclenchée par une chimie interne que nous ne pouvons pas contrôler consciemment. Seulement, à notre grand désespoir, cette période ne saurait durer éternellement. En effet, après quelques mois, généralement entre six mois et trois ans, notre petite usine chimique interne cesse sa production, souvent au moment où le couple cherche à mettre en route un projet commun, comme d'habiter ensemble, se marier, avoir un enfant, etc. C'est la phase où vous sentez que votre partenaire ne vous donne pas et ne vous donnera pas ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin, mais qu'il vous blesse et ne se soucie pas de vous. Ainsi, comme par hasard, ce sont les qualités que l'on admirait tant chez son partenaire qui se transforment mystérieusement en défauts que nous abhorrons. Ce partenaire que j'admirais tellement avec ces qualités de décision, de responsabilité, d'engagement, devient tout d'un coup ce personnage qui passe sa vie au bureau, ne pense qu'à prendre du grade dans son entreprise, rentre trop tard pour le bébé et file trop tôt pour le câlin... Et cette partenaire si douce dont j'appréciais tellement la sensibilité, la rêverie, la tendresse, devient cette femme qui m'étouffe avec ses besoins de câlins, qui m'ennuie avec ses états d'âme et ses critiques. Alors s'installent les conflits à répétitions, les disputes, les reproches : c'est la phase de la « lutte de pouvoir ».
Dans certains couples cette lutte de pouvoir est très intense et dans d'autres elle l'est moins. Parfois elle se manifeste sous forme de distance, ce sont les eaux dormantes. C'est une phase inévitable dans une relation de couple. Pour sortir de cette lutte de pouvoir, il ne reste que trois solutions : le divorce, le mariage parallèle ou la relation consciente.
Lorsqu'on a la sensation que cela devient insupportable, le divorce semble être le seul moyen pour survivre. Le divorce représente actuellement en Suisse le choix que font 50% des couples qui se trouvent bloqués dans cette phase de la relation de couple. D'ailleurs, le taux de divorce ne diminue pas de beaucoup chez les couples qui convolent pour la deuxième fois ou chez ceux qui attendent longtemps avant de se marier. Le mariage parallèle est une autre solution. Sous couvert de raisons morales, financières ou « pour le bien des enfants » le couple continue son chemin, mais en parallèle, c'est-à-dire en trouvant en dehors de la relation des stimulations qui les aident à se sentir en vie. C'est le divorce secret, processus dans lequel 30% des couples s'installent. Ce type de relation peut sembler très bien, vu de l'extérieur, mais à l'intérieur, elle est mourante. Certains couples se résolvent à vivre une vie entière dans ce climat, sans oser imaginer qu'une sortie possible existe. La dernière possibilité, qui concerne 20% des couples, consiste à créer une relation consciente, c'est-à-dire une relation où l'on prend conscience que derrière la relation amoureuse se dissimule un autre objectif : la guérison des blessures relationnelles du passé et de l'enfance en particulier.

Les blessures de l'enfance

Dès notre naissance, malgré tous les soins et l'amour que nos parents (ou les personnes qui se sont occupées de nous) nous ont prodigués, ils n'ont pas toujours pu répondre à nos besoins spécifiques à certains moments de notre développement. Tout simplement parce que les besoins d'un enfant sont beaucoup trop nombreux et sont en perpétuel changement. Ces manques (ou ces trop) ont freinés, empêchés ou contrecarrés les pulsions naturelles de l'enfant pendant les phases de son développement relationnel, à savoir : l'attachement, l'exploration, l'identité, la compétence, etc. Evidemment l'enfant a survécu à ces blessures, mais pour y faire face, il a été obligé de développer des comportements d'adaptation, des structures de caractère, au lieu de développer les pulsions naturelles du moment. Imaginons, par exemple un enfant de 18 mois qui traverse cette période de séparation de sa mère appelée phase d'exploration. Toutes ses pulsions naturelles sont dirigées vers la découverte du monde et des objets qui l'entourent. S'il se trouve materné par une maman anxieuse, sur-protectrice, souvent inquiète, parce qu'elle-même traversant une phase difficile dans sa vie personnelle, sa curiosité, son besoin d'explorer vont être sérieusement freinés. Il va peut-être lui-même refouler ou cacher ses besoins, les « congeler », et s'adapter à ceux de sa mère. Il niera une partie de son Moi et développera une structure d'adaptation de manière à faire face à la douleur que la relation occasionne. C'est avec ces protections, ces adaptations que l'enfant, devenu adulte va expérimenter sa relation de couple. Et, chose étrange, il y aura de très forte probabilités qu'il rencontre une personne qui, par ses comportements, ses réactions ou attitudes, va rejouer précisément ceux que ses parents ont eu avec lui et qui l'ont amené à développer ses défenses. Pourquoi ?

L'imago et la mission de la relation de couple.

Le postulat de base en Imago consiste à dire que le mariage a non seulement un but, mais qu'il a aussi une mission qui est d'aider chaque partenaire à guérir les blessures de l'enfance. Nous sommes nés dans la relation, nous avons souffert dans la relation, et c'est dans la relation que nous allons guérir.
Le partenaire que nous avons choisi et qui nous blesse pareillement est en fait la personne que notre inconscient a mandaté pour nous aider à guérir ces blessures. Chacun de nous porte en soi une image inconsciente du partenaire « idéal », composée des aspects, des traits, des attitudes positifs et négatifs des gens qui ont été importants et qui ont pris soin de nous depuis notre naissance. Cette image est appelée «l'Imago ». L'attraction, le sentiment amoureux, cette sensation de connaître l'autre depuis toujours est le signal que la personne est conforme à cet Imago inconscient. D'ailleurs, les chances de tomber amoureux augmentent avec la conformité du partenaire potentiel à cette image. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, à cause de cet « Imago » inconscient qui guide notre choix, nous choisissons un partenaire qui aura à notre égard des attitudes qui nous feront souffrir à nouveau, précisément là où nous avons été blessés pendant l'enfance. La rencontre amoureuse a réuni deux enfants blessés, chacun cherchant (sans le savoir) chez l'autre, celui qui le guérira. C'est beaucoup demander que d'être à la fois partenaire, papa, maman, thérapeute. La frustration est alors à la mesure de l'investissement affectif, car aucun des partenaires n'est conscient des enjeux cachés de cette relation.

La Thérapie Imago

La thérapie relationnelle Imago propose aux couples des outils pragmatiques pour les aider à restaurer la relation. Le chemin le plus direct et le plus efficace consiste à renforcer le sentiment de connexion pour les deux partenaires. Etant donné que des blessures passées resurgissent dans l'espace des partenaires, ces derniers vont apprendre à les reconnaître, à exprimer leurs besoins non honorés, cachés derrière ces blessures. Ce travail, réalisé dans un espace de sécurité que les deux partenaires auront appris à construire ensemble, renforce leur lien. Ce climat permet de relâcher les systèmes de protection mis en place dès le début de la vie et autorise l'émergence des parties gelées, avec pour effet que chacun retrouve son entièreté.
Un autre axe de la Thérapie Imago vise à aider le renforcement des sentiments d'empathie et d'amour : en aidant les couples à retrouver le goût délicieux du début de leur relation, sans les hormones, mais avec la conscience comme guide.
Concrètement le travail est axé sur des dialogues de couple, protocolés, répondants à des règles précises, appelés dialogues conscients. Ils aident les partenaires à sortir de leur réactivité, pour progressivement leur permettre de développer leur conscience, seul chemin pour accéder à un amour véritable.
Une série de dialogues complémentaires aident les couples à visiter le passé, à développer et exprimer de l'appréciation pour le partenaire, à découvrir les moyens que chacun utilise inconsciemment pour fuir la relation lorsque celle-ci devient trop douloureuse, à libérer les sentiments de frustration, de colère, de tristesse, accumulés durant si longtemps, à créer un paysage serein, harmonieux, rassurant pour leur relation, à laisser l'un accéder aux zones les plus vulnérables de l'autre . Après un certain temps passé à expérimenter les outils, en présence d'un thérapeute certifié, ou/et à l'occasion d'un stage de couple Imago, ce dernier est à même, seul chez lui, de continuer ce chemin de croissance qui conduit deux individus vers la maturité relationnelle, c'est-à-dire vers l'individuation dans la relation.

Après 7 ans de vie commune, nous avons appris à nous connaître... il y a quelques mois. Olivier et Justine, 37 et 39 ans, reviennent de loin. Pourtant l'histoire d'amour de ces époux aurait pu se terminer. « Après la naissance de notre enfant, nous nous sommes éloignés peu à peu l'un de l'autre nous dit Justine. Au point de nous retrouver très seuls. Puis est arrivé l'adultère. Nous avons passé un an sans aide, sans parvenir à trouver le dialogue à cause de tous les sentiments qui se mélangeaient. » Les époux se sont alors séparés.
« On me disait que c'était la fatalité, se souvient Olivier. Mais rejoindre les statistiques des divorcés ne me satisfaisait pas. » A la recherche d'une issue, ils tentent un stage Imago dont des amis leur ont parlé.
« C'est ce qui nous a sauvé du divorce, est convaincue Justine. J'ai découvert qu'on ne se connaissait pas l'un l'autre. J'ignorais ce que mon mari avait vécu. Nous avons alors grandi. Je me sentais maintenant réellement moi-même, libre, mais à l'intérieur du couple.» Découvrir l'autre, c'est se découvrir soi-même, explique Olivier. Nous nous sommes rencontré en profondeur. Jusque-là chacun se croyait dans le juste, sans pouvoir comprendre l'autre. » Justine et Olivier ont décidé de réaménager ensemble avec leur fils de trois ans. Confiants ? « Dès que je repère quelque chose d'important qui me heurte, je demande un dialogue, sourit Justine. Nous fixons un moment à part pour cela. » J'ai réalisé qu'en amour rien n'est jamais acquis. Il faut affronter les questions au lieu de les fuir. Puis vivre l'avenir sereinement », conclut Olivier. Bon vent.






La Maison du Couple / Centre de formation et de thérapie relationelle Imago / 1974 Arbaz - tél. : 027 398 11 73 et 1071 Chexbres - tél. : 021 947 48 49